Campagne/campaña 2013

Conclusions de la campagne 2013

Les trois sondages ouverts, qui couvrent désormais une superficie totale d’un peu plus de 1000 m2 (2013), ont mis au jour différents types de structures s’articulant le long de rues. Si la plupart des constructions renvoient à des contextes domestiques, la découverte d’un regroupement d’ateliers métallurgiques insérés dans la trame urbaine suggère l’existence d’un quartier peut-être tourné vers les productions artisanales et le commerce.

IMG_4815

On a privilégié une approche extensive, susceptible d’offrir une vision globale des installations, tout en multipliant dans la mesure du possible des sondages stratigraphiques pour obtenir des informations sur les étapes antérieures à la dernière phase d’occupation et d’abandon. Parallèlement à ces travaux de terrain qui demandent à être poursuivis, les études spécialisées apportent nombre d’informations complémentaires venant éclairer les zones d’ombre de la vie quotidienne : pratiques alimentaires et gestion des cheptels et du milieu naturel environnant, circulation des biens, ou procédés techniques, etc., sont autant d’éléments qui donnent une dimension humaine aux vestiges exhumés.

IMG_4932

IMG_4901

Plusieurs fronts d’agrandissements simultanés (nord, sud et est) ont permis d’étendre de ce sondage et de le raccorder à l’angle NO du sondage 1. Grâce à cette extension, nous avons pu constater l’ampleur de l’îlot central, composé de trois bâtiments imbriqués, aux murs mitoyens.

IMG_4790

Même s’ils répondent au modèle de maison à cour amplement diffusé dans les milieux urbains d’al-Andalus dès le XIe siècle, une série d’anomalies mérite de retenir notre attention. Il ne s’agit pas là d’ensembles domestiques clos puisque des passages permettent de circuler de l’un à l’autre par les cours ou les avant-cours . Par ailleurs, les patios, généralement installés de préférence au cœur des édifices, sont ici accessibles soit directement depuis la rue, soit depuis un parcours rectiligne – non coudé –, dans lequel les ouvertures sont en enfilade. Pourtant, la présence de cuisines (de une à deux par maison) ou encore la nature du mobilier trouvé laissent peu de doutes sur leurs fonctions d’habitat. L’hypothèse selon laquelle les occupants de ces édifices pourraient appartenir à une garnison demande toutefois à être explorée plus précisément. Quoi qu’il en soit, ces vestiges partagent une même dynamique d’abandon : l’effondrement des toitures et des élévations en terre, parfois du fait d’incendies plus ou moins localisés, a fossilisé sur les sols un matériel quelquefois abondant. C’est le cas de la cour de la maison 4 (contours rouges) où a été trouvée une concentration plus de 2000 fragments céramiques – mais qui recollent pour la plupart – appartenant à différents types fonctionnels (plats, marmites, grandes et petites jarres, bouteilles, lampes à bec, etc.) et auxquels s’ajoute du mobilier métallique (dont plusieurs pointes de flèche) et en verre (un flacon qui a fait l’objet d’une analyse organique, cf. infra études spécialisées).

En dehors de cette cour prolongée par une petite annexe latérale, on ne connaît de cette grande demeure qu’une avant-cour ou entrée (qui dessert également la maison contiguë) ainsi qu’une cuisine. La présence d’un seuil ouvert dans sa face sud suggère l’existence d’au moins une autre dépendance encore non fouillée. Par ailleurs, on notera que la cuisine a fait l’objet d’un sondage pour comprendre la cause de l’affaissement d’une partie de son sol. Les niveaux de terre rubéfiés associés à une structure circulaire démontrent qu’un four domestique, appartenant à un moment d’occupation antérieure, a été colmaté par des remblais qui, avec le temps, ont fini par se tasser.

D’autres explorations stratigraphiques ont pu être menées ponctuellement, mettant systématiquement en évidence une superposition des niveaux d’occupation. Il a été spécialement intéressant de remarquer que la cuisine de la maison 3 (vert) possède dans son dernier état un foyer en briques encastré dans le sol qui succède à des foyers-fosses beaucoup plus rudimentaires. Ce phénomène d’oblitération et de superposition des vestiges se reproduit dans les pièces qui bordent la rue située au sud de l’ensemble central (maison 5, bleu) et où respectivement deux et quatre phases ont ainsi été détectées. La plus impressionnante comporte le creusement d’une grande fosse qui entailla tous les niveaux précédents et qui fut bouchée par un apport rapide de sédiments mélangés à des pierres, des récipients céramiques et des déchets fauniques. Elle fut scellée par deux niveaux de sols successifs.

Si les phases les plus modernes nous ramènent à un horizon de la première moitié du XIIe siècle, en synchronie avec l’abandon de la maison 1 (sondage 1) et des structures du sondage 3, il reste à affiner la chronologie relative pour essayer de la recaler dans le temps et comprendre le rythme de cette succession d’évènements constructifs. De plus, l’analyse par 14C d’un charbon de bois – essence de bois pin – recueilli dans la maison 2, propose une datation plus ancienne (896-1031 ap. J.-C.) que celle fournie par la céramique, suggérant une réutilisation ou une durée de vie longue de ce matériau.

Bien qu’à peine plus de quatre mètres séparent ce sondage du précédent, la nature des constructions qui y ont
été mises au jour s’en démarque clairement : loin de renvoyer exclusivement à des contextes domestiques comme cela est le cas dans les autres sondages, elles constituent plusieurs ensembles, dont certains ne sont encore connus que très partiellement, au sein desquels émerge un caractère de zone artisanale, de stockage et peut-être même de commerce.

En effet, ce sondage de 16 x 16 m, initialement ouvert pour confronter les données issues de la géophysique avec celles des fouilles, s’organise autour de deux tronçons de rues qui forment un « T », délimitant, de part et d’autre, trois îlots de constructions. Celui qui s’étend au sud (protégé par des bâches sur la photo) avait, entre autres vestiges, révélé une pièce allongée qui a pu être interprétée comme une réserve alimentaire (familiale, collective ou destinée à la vente ?) en raison des nombreux restes carpologiques piégés dans ses niveaux d’incendie et conservés par carbonisation. La datation par 14C d’un gland doux confirme que le milieu du XIIe siècle apparait bien comme limite pour l’occupation.

Les études en cours, menées par J. Ros qui a récemment intégré l’équipe, mettent en évidence la présence de blé nu et d’orge vêtue aux côtés de glands doux, d’olives et de plantes agrestes. Les restes enregistrés montrent bien les potentialités carpologiques des contextes d’Albalat et la nécessité de travailler sur un plus grand nombre d’échantillons. La poursuite des opérations archéologiques, sur des espaces de fonctions différentes devrait nous offrir une plus grande variété de restes permettant, à terme, de mieux caractériser l’économie des habitants d’Albalat, leur alimentation et leurs pratiques d’exploitation et d’utilisation des plantes. Il conviendra également de prêter attention aux formations végétales actuelles et ce, pour étudier les changements éventuels depuis la période médiévale dans les paysages exploités.
Mais la découverte sans nul doute la plus remarquable est celle d’un regroupement d’ateliers métallurgiques, qui occupe une aire bien plus vaste que ce que les fouilles de l’an passé laissaient entrevoir. En dehors d’une aire de rejet liée à cette activité (« zone 3 »), deux ateliers, situés de part et d’autre d’un tronçon de rue, servirent d’espaces de travail. Leurs niveaux d’utilisation sont riches en charbons, en scories ferreuses et en battitures. L’observation préliminaire (effectuée par C. Galtier) d’une sélection d’échantillons a permis de reconnaître des scories argilo-sableuses irrégulières et parfois en calotte, de susceptibilité magnétique variable et qui sont caractéristiques de travaux d’épuration. Certaines d’entre elles, constituant de plus petits modules, voire très fragmentées, montrent une surface de couleur grise et d’aspect vitreux par endroit. Enfin, des micro-déchets ainsi que les battitures de formes granulaires et lamellaires confirment de nouveau la pratique d’épuration mais aussi d’opérations d’élaboration.

Les structures associées, bien que très arasées, nous renseignent sur l’organisation des tâches à l’intérieur de l’atelier principal, d’environ 23,5 m2. Celui-ci est compartimenté au moyen d’une petite cloison, séparant une zone dégagée uniquement équipée d’un petit foyer circulaire aux parois très rubéfiées, creusé directement dans le dernier état du sol, d’un autre espace  plus ample où a été trouvé un foyer de forge rectangulaire (le substrat sert de sole) qui conserve une tuyère creusée dans l’épaisseur de sa paroi. Il est associé à une double fosse entièrement colmatée par des scories, mêlées à un sédiment charbonneux et à des éléments de recyclage (conglomérat de fragments de clous et de fers à cheval). Une jarre écrêtée, fichée dans un angle de cette pièce, a dû servir de récipient de trempe. Enfin, une annexe  vient compléter le plan de cet ensemble, dont l’accès n’a pu être documenté (pour cela il conviendrait de poursuivre la fouille de la rue).

Le second atelier  est une simple pièce rectangulaire qui s’ouvre directement sur la rue. De plus petites dimensions de 7,5 m2, elle n’a fourni qu’un foyer peu défini, un fond de jarre probablement employé comme bac de trempe et d’abondantes battitures, scories et charbons. Dans un essai pour cartographier la densité des battitures et, par là-même pour localiser l’emplacement de l’enclume, un carroyage de 0,40 m de côté a été mis en place.

En ce sens, il est peu surprenant qu’aucune enclume n’ait été retrouvée lors des fouilles. Les quelques outils – un marteau et un coin ou ciseau – récupérés ne donnent qu’une idée partielle de la panoplie utilisée par les forgerons. L’absence d’aménagement pouvant servir de support suggère que le travail se faisait accroupi ou assis, ou encore debout dans des fosses.

L’étude macroscopique qui vient à peine d’être commencée montre la prédominance du travail du fer. Pourtant, d’autres indices suggèrent que les alliages à base de cuivre ou encore le plomb, voire des métaux précieux, étaient peut-être également travaillés sur le site.

Par ailleurs, un sondage effectué dans la moitié de la petite pièce  servant de dépotoir aux rejets métallurgiques lors de sa dernière phase d’utilisation a permis de mettre en évidence l’évolution de cet espace. En effet, la lecture stratigraphique montre une superposition de niveaux de sols ainsi qu’une reprise sommaire de la partie supérieure des murs. Une épaisse couche d’apports anthropiques oblitère une surface de circulation encore partiellement dallée et associée à une plaque de chauffe. Bien que cette strate ne soit pas associée à du mobilier qui autoriserait à avancer une datation, le niveau le plus profond documenté, caractérisé par la présence d’un mur très arasé, doit se situer au plus tôt dans la seconde moitié du Xe siècle grâce à la découverte de fragment d’ataifor au décor vert et brun. On notera que la cote de cet état ancien coïncide avec celle du sol de la pièce contigüe (B1). Cette dernière conserve, adossé à son mur est, un foyer, très dégradé construit en briques, qui atteste sa fonction de cuisine. Mais les importants remblais qui la scellent indiquent qu’elle resta totalement inutilisée lors de la dernière phase.

Cet abandon ne se retrouve pas dans les autres secteurs (F et G) de l’îlot sud-oriental dont les fonctions précises n’ont pu être définies en raison d’une reconnaissance encore très incomplète (leurs vestiges se poursuivent hors de l’emprise des fouilles). De plus, bien que jouxtant sur ses côtés sud et est l’atelier « zone 4 », aucun indice ne permet d’établir qu’ils eurent une relation directe avec les activités métallurgiques en dépit de la présence résiduelle de quelques scories. Le premier secteur (F) comprend une séquence stratigraphique relativement simple : une mince couche d’effondrement d’une toiture, probablement en partie démontée ou spoliée, recouvrait une surface d’utilisation de terre battue riche en chaux (phase I). La pauvreté du matériel récolté et la nature très frustes de ses vestiges nous ont incités à poursuivre la fouille pour documenter d’éventuels niveaux antérieurs. Même si l’étroitesse du sondage nous a empêchés de descendre au-delà d’une trentaine de cm sous le premier niveau de sol, il a été possible de reconnaître deux phases d’utilisation préalables : la phase II comportait un petit foyer excavé dans la terre et délimité par des pierres chauffées, tandis que la phase III a livré quelques restes céramique, faune et scories mélangés à un niveau de charbons et de cendres. Une datation par radiocarbone obtenue sur l’un des charbons prélevé dans le foyer de la phase II a fourni un intervalle calibré entre les années 1021-1161 ap. J.-C., qu’il conviendra de confronter avec les données céramologiques – pour le moment trop peu abondantes pour être significatives. Un seul épisode constructif caractérise le secteur suivant (G), espace de 3,4 x 1,2 m coincé dans la limite sud-est du sondage : des déblais compacts scellent un sol pavé grossièrement à l’aide de dalles de schiste. Tant ce revêtement que la présence d’un drain situé dans l’angle NO incitent à y reconnaître une cour ou, tout du moins, un espace ouvert. On signalera la découverte d’une petite monnaie almoravide en argent (qîrâṭ) égarée sur le pavement, sans date ni lieu de frappe. Mais la mention du nom de l’émir ‘Alî b. Yûsuf et du prince héritier Sîr permet de réduire la fourchette chronologique aux années 1128-1138 ap. J.-C. (pour la frappe), ce qui concorde avec la datation de la petite occultation monétaire de huit dinars almoravides trouvé en 2011 dans la grande demeure du sondage 1. Ces données, croisées avec d’autres sources d’informations (céramiques, stratigraphiques et textuelles) confirment de nouveau que les derniers niveaux mis au jour par la fouille remontent au milieu du XIIe siècle.

Les études spécialisées : On rappellera qu’en raison du décalage existant entre les fouilles et les études spécialisées, la plupart d’entre elles portent sur le matériel recueilli en 2012.

  •  Les relevés topographiques sont complétés par un travail sur SIG pour « tester » la valeur de certaines données, telles que la répartition spatiale des pointes de flèche ou des restes d’équidés consommés. Des modèles 3D constituent des outils de réflexion.
  • La poursuite des études paléobotaniques (J. Ros –voir supra et M. Ruíz Alonso) permet de dresser progressivement un tableau du milieu naturel environnant et de la façon dont les plantes comestibles et celles lignifiées étaient employées : une sélection des essences a parfois été détectée dans la construction ou dans les combustibles. Le pin et le chêne à feuilles persistantes apparaissent dans des proportions plus importantes que l’érable, le frêne, l’orme, l’olivier, le figuier ou l’abricotier.
  • Les études de faune et de malacofaune (J.A. Garrido García) montrent un spectre alimentaire typique pour l’époque médiévale, avec chèvres, moutons et volailles, à l’exception d’une consommation anormalement élevée d’équidés, justifiable par des circonstances anormales (siège militaire, famine). Si le cheptel bovin n’occupe qu’une place extrêmement faible pour l’obtention des produits carnés, un maniement différencié s’opérait entre les ovins et les caprins. Les premiers étaient élevés principalement pour leur laine et leur lait, tandis que les seconds servaient prioritairement à la production de viande. Les indices d’une consommation de suidés sont suffisamment anecdotiques pour exclure un élevage porcin lié à une éventuelle occupation chrétienne (avant la reprise du site vers 1110/19) et n’entrent pas en contradiction avec les faibles proportions documentées sur beaucoup de sites musulmans d’al-Andalus. Les volailles sont, quant à elles, clairement utilisées pour leur capacité de ponte. Les caractéristiques métrologiques suggèrent qu’il s’agissait d’une des races naines qui ont été utilisées, jusqu’à tout récemment, essentiellement comme pondeuses. Finalement, la chasse a représenté l’un des principaux apports carniques, spécialement avec la viande de cerf, même si le petit gibier (perdrix, lièvres et, surtout, lapins) est également bien présent. La pêche et la collecte de mollusques d’eau douce – et aussi de tortues – restent sous-représentées en raison de l’impossibilité d’effectuer un tamisage systématique. Enfin, au moins une partie des gastéropodes correspondent sans doute à des intrusions très récentes, tout particulièrement dans le cas de l’espèce minuscule de Caecilioides acícula, qui vit exclusivement en milieu souterrain. En revanche, il est plausible que les escargots de plus grande taille (Cornu aspersa, Rumina decollata, Theba pisana) témoignent de la dégradation des constructions médiévales qui aurait entraîné la création de zones ombragées où s’accumule l’humidité, avec de nombreux micro-abris (interstices dans les tuiles effondrées) et la croissance d’abondants herbages nitrophiles (tels que les orties ou les chardons).
  •  Les études céramologiques (Y. Cáceres, J. De Juan, S. Gilotte, C. Richarté) présupposent les tâches d’inventaire, de remontage et de dessin, avant toute approche technologique et fonctionnelle des récipients. Les résultats de l’étude du vaisselier d’époque almoravide de la maison du sondage 1  ont été exposés dans un article (sous presse, voir le doc. joint). L’incorporation de Catherine Richarté (céramologue à l’INRAP), a permis de jeter les bases d’un corpus référentiel technique et morphologique. Ce travail préalable s’est accompagné d’une observation macroscopique des pâtes et de leur échantillonnage. Les lames minces permettront de déterminer avec précision leur composition minéralogique et pétrographique (C. Capelli DISTAV–Université de Gênes et M.SBRANA servizi per la geologia- Piombino). D’ores et déjà, cinq grands groupes de jarres ont été individualisés, renvoyant à des ateliers différents qu’il conviendra d’essayer de définir (production locale, importation) et/ou de localiser.
  •  Des analyses physico-chimiques par chromatographie en phase gazeuse couplée à un spectromètre de masse (GC-MS) apportent des compléments d’information sur l’utilisation de récipients, tant en céramique qu’en verre, en caractérisant leurs contenus organiques. L’examen mené sur le fond d’un petit flacon en verre par le laboratoire N. Garnier démontre qu’il ne contenait pas du parfum (hypothèse de départ) mais un baume – aux propriétés cosmétiques ou thérapeutiques – dont la base était constituée de produits laitiers, de graisse sous-cutanée, d’huile d’olive et de cire végétale. Parallèlement, les 10 prélèvements effectués sur des céramiques et analysés par R. García attestent l’emploi d’un combustible d’origine animale pour les lampes à bec, parfois mélangé à de la résine de pin pour masquer l’odeur nauséabonde. Les produits carnés (graisses animales) sont systématiquement présents dans les autres céramiques.
  • L’étude du petit mobilier (S. Gilotte) qui met en évidence la grande richesse du registre matériel du site dans un contexte qui n’est ni aulique ni aristocratique, s’est accompagnée de la restauration d’une sélection d’objets métalliques en fer et alliage cuivreux (par M. Gimeno –qui restaure également pour le Musée du Louvre un petit lot d’armes d’Albalat qui sera présenté dans le cadre de l’exposition Des Idrissides aux Mérinides: le Maroc fondateur d’empires). Par ailleurs, l’intervention de consolidation des vestiges in situ ayant dû être reportée à la campagne 2014, le budget qui lui était alloué a servi à restaurer un plus grand nombre d’artefacts.