Campagne/campaña 2014

Conclusions de la campagne 2014

Páginas desdeALB14_VOL1_BR

Cette 6ème campagne de fouille visait à poursuivre les travaux archéologiques en donnant la priorité à une approche extensive, la seule susceptible d’offrir une vision nuancée de la trame urbaine, dont on ne connaît finalement qu’une portion minime ; et, d’autre part, à intervenir sur des zones déjà ouvertes mais qui nécessitaient des compléments d’informations (fouille d’un puisard, sondages stratigraphiques dans plusieurs secteurs pour documenter des phases antérieures au XIIe s).

De ce fait, les différents fronts d’agrandissement menés simultanément (nord, sud et est), sur une surface ouverte qui atteint désormais plus de 1000 m2, ont permis de raccorder les différents sondages préexistants. Outre l’apparition de nouvelles structures qui enrichissent notre connaissance de la trame urbanistique, la mise en relation de l’ensemble offre d’autres clefs d’interprétation de l’agencement général.

2014_10

Le sondage 1 s’articule le long d’une voirie nord-ouest/sud-est, en partie dallée dans son extrémité sud et à l’est de laquelle se situe une grande maison (nº1) dont le plan à entrée coudée, patio central et habitation-salon évoque des modèles urbains développés en al-Andalus à partir du Xe s (voir infra « travaux de consolidation »). Les travaux de cette année montrent qu’un vaste ensemble se développe du côté est de cette voie et qu’il était limité au moins au nord par une autre rue. Bien qu’appréhendé de façon très partielle, cet îlot se divise vraisemblablement en plusieurs unités domestiques comme le suggère la présence de deux grandes cours intérieures desservant des pièces aux fonctions encore indéterminées.

On accède à l’un de ces patios par un étroit couloir dallé qui faisait partie, à l’origine, d’une pièce plus vaste. Le second patio se caractérise par un dallage relativement soigné et comporte plusieurs structures en caisson, parfois associées à des céramiques. Les jarres constituent d’ailleurs une part très importante du mobilier issu de ces secteurs (cf. infra étude de cas) ; elles sont souvent très fragmentées mais archéologiquement complètes, même si les céramiques glaçurées ne sont pas pour autant absentes ; on mentionnera, par exemple, un petit ataifor à couverte miel et manganèse, anses horizontales et décor de cercles sécants. Une grande quantité de déchets, tout spécialement fauniques, provient des niveaux de circulation de la rue, tandis qu’une insolite concentration de pointes de flèches a été trouvée dans le démontage de la berme qui fermait une impasse étroite, située au sud de la maison 1.

En outre, l’apparition dans la limite sud du sondage, dans l’axe de la zone pavée, d’un long tronçon de mur, flanqué d’une banquette en pierres et percé d’une ample porte laisse envisager la présence d’un bâtiment important, peut-être d’usage public. En parallèle, la fouille du puisard (qui n’est pas sans soulever des interrogations puisqu’il n’a jamais été curé et que rien n’était prévu pour ce faire), associé à la latrine de la maison nº1  a livré des couches riches en restes organiques minéralisés (tout spécialement des pépins de raisin) en cours d’étude, ainsi que les restes d’un flacon en verre bleu particulièrement bien conservés.

2014_puisard

Les fouilles se sont également centrées sur différents points des sondages 2 et 3. Le premier renferme un îlot composé de quatre demeures imbriquées, circonscrit sur les trois côtés fouillés par des rues. L’excavation limitée de l’une d’entre d’elle (est), a validé l’hypothèse selon laquelle elle se raccorde à un tronçon antérieurement documenté dans le sondage 3. Le tracé très curviligne de celui-ci découle de son déplacement vers l’est à la suite de l’empiétement (après agrandissement ?) fait sur cet espace public par une pièce appartenant à la maison nº4. Les nouvelles données récoltées sur cette dernière demeure autorisent désormais à dresser la totalité de son plan et à évaluer l’originalité du schéma adopté. Du côté nord de son mur mitoyen un autre ensemble, encore partiellement connu pour l’instant, comprend une réserve alimentaire ouverte sur deux pièces de fonction douteuse. De même, il n’a pas été encore possible de déterminer la relation entre les ateliers métallurgiques et les pièces et patio contigus.

2014_7Une autre nouveauté réside dans le sondage profond qui a été effectué à l’extrémité d’une longue nef desservant conjointement les maisons nº 4 et 3. Le dernier niveau de circulation vient sceller d’importants remblais résultant de l’abandon et de la destruction de structures antérieures, parmi lesquelles on remarque plusieurs états de la sole d’un grand four domestique.

Le choix de poursuivre la documentation des états anciens d’autres pièces (sous le dépotoir associé à l’atelier métallurgique et dans une cuisine de la maison nº3) a confirmé la puissance des dépôts stratifiés, la superposition des niveaux de sols et les indices d’activités constructives. Leur datation absolue reste malheureusement mal aisée en raison de l’indigence du matériel significatif qui leur est associé.

2014_8

De façon générale, on retiendra que la dernière phase d’occupation (m. XIIe s.) coïncide avec d’importants travaux de remaniements, patents dans la reprises des maçonneries, les ouvertures murées ou rétrécies, le cloisonnement d’espaces ou, au contraire, l’agrandissement de pièce et le déplacement localisé de la voirie. Ces témoins de l’évolution et du dynamisme de la trame urbaine ne doivent pas faire oublier que certains espaces sont au contraire inutilisés et laissés à l’abandon, révélant la complexité de l’histoire du site.

  • Aux analyses spécialisées portant sur le petit mobilier, les restes osseux et carpologiques, ou encore aux restitutions photogrammétriques, 3D et SIG qui sont menées par différents spécialistes français et espagnols, s’ajoutent des recherches thématiques qui permettent d’établir un dialogue entre les différentes disciplines.

 En ce sens, une attention toute particulière a été portée aux vases de stockage qui présentent un répertoire morphologique très varié. Les premiers résultats de l’approche pluridisciplinaire qui a été engagée ont pu être exposés dans le cadre du 1er Congrès thématique de l’AIECM3, dont nous avançons ici les conclusions.

Les jarres d’Albalat se limitent à des formes de moyennes et petites contenances qui furent produites en série, comme le démontre la découverte de plusieurs exemplaires de mêmes modèles. L’adjonction d’un patronyme (dans une marque de propriété en arabe) peut d’ailleurs être comprise dans le sens d’une particularisation nécessaire et a, en tout cas, le mérite de faire sortir de l’anonymat l’un des propriétaires et d’attester l’utilisation du terme ḫābīya en dehors des seules productions textuelles d’al-Andalus. La caractérisation pétrographique par lames minces des pâtes, toutes d’origine alluviale, avec une matrice argileuse riche en fer et des inclusions dérivées de roches granitiques ou métamorphiques acides bien compatibles avec celles affleurant dans la région, autorise à localiser les ateliers ou les gisements d’argile dans les environs du Tage ou de ses proches affluents. Toutefois, les autres types de pâtes mises en évidence dans les vaisselles glaçurées, par exemple des pâtes calcaires dérivées d’anciens sédiments marins, amènent à évoquer un réseau d’approvisionnement plus complexe et, peut-être même, spatialement plus étendu (extrarégional ?) que celui que l’on appréhende uniquement par le biais des vases de stockage. Par ailleurs, si le lien entre l’usage de ces récipients et leur localisation dans des espaces de fonctions diverses demande à être exploré, le recours aux marqueurs biochimiques d’imprégnations invisibles des parois s’offre comme une alternative intéressante pour sortir des sentiers battus et déterminer les contenus. Les résultats obtenus sont à la fois inédits et surprenants : on entrevoit la possibilité d’utilisations multiples, avec même une denrée quelque peu inattendue comme un produit laitier. En parallèle, l’imperméabilisation à la cire d’abeille doit sans doute être associée à la présence de liquides. Le stockage avéré de vin remet à l’ordre du jour une question qui a depuis longtemps attiré l’attention des historiens. On rappellera que la circulation de jarres vinaires a déjà été démontrée dans le bassin méditerranéen occidental, entre l’Ifrīqiya et la Sicile. Même si la question de la représentativité de l’échantillon doit bien évidemment être posée, il suggère qu’en dépit des nombreuses tentatives pour limiter l’élaboration et la vente de vin, ce dont le traité d’Ibn ‘Abdūn se fait l’écho au début du XIIe siècle, sa consommation s’étendait bien en dehors des cercles privilégiés et des tavernes des grandes villes d’al-Andalus. Mais si la place réelle du vin dans l’alimentation des habitants d’Albalat nous échappe, les indices anthracologiques et carpologiques corroborent que la viticulture faisait bien partie du paysage agricole environnant.

  • On signalera également que la campagne 2014 a permis de mener la première mission carpologique de terrain, dont les objectifs étaient multiples : mise en place d’une stratégie d’échantillonnage adaptée aux problématiques carpologiques, inventaire des prélèvements de sédiments bruts réalisés lors des précédentes campagnes et installation d’une station de tamisage permettant le traitement desdits prélèvements. Les échantillons tamisés ont livré des restes carpologiques en quantités diverses, conservés par carbonisation et minéralisation. La minéralisation des restes issus du puisard suggère qu’il s’agit là de résidus de latrines, qui permettront de mettre en lumière de façon originale le spectre alimentaire végétal des habitants d’Albalat. Dans leur ensemble, les plantes enregistrées jusqu’à présent (blé nu, orge vêtue, vigne, olivier) représentent le fonds méditerranéen classique depuis l’Antiquité en Méditerranée occidentale (France, Espagne, Maroc). Certains fruits (glands, châtaignes), bien que moins habituels dans les registres carpologiques, attestent l’exploitation des formations végétales environnantes. Il est cependant à noter que certains taxons enregistrés par les analyses anthracologiques (Figuier, Noisetier, Prunus) demeurent pour l’instant absents du spectre carpologique. A ce jour, aucune des cultures de l’innovation agronomique arabe n’apparaît dans les données enregistrés (agrumes, riz, légumes, certains fruits, coton).

 

  • Un second volet, instauré pour la première fois lors de la campagne 2014, a permis d’initier la consolidation d’une grande demeure entièrement dégagée au cours des campagnes précédentes (sondage 1). L’objectif était de préserver les vestiges découverts et de jeter les bases de leur future mise en valeur. Il s’agissait également de mettre en place un premier protocole de restauration et de tester son efficacité à court terme. Ces travaux ont été assurés par des étudiantes de l’école de Conservación y Restauración de Bienes Culturales de Madrid sous la direction du restaurateur X. Moreno Paredes, leur donnant ainsi la possibilité de mettre en pratique les compétences acquises au cours de leur formation et de se confronter aux difficultés et impératifs que pose un chantier de fouille. Une fois diagnostiqués les facteurs de dégradation des maçonneries de pierre et mortier de terre, des sols ainsi que de structures en briques (piédroits, foyer), l’intervention a suivi des critères de réversibilité et de compatibilité avec les techniques de construction originales. Le protocole adopté lors de cette première phase se distingue également par l’économie des moyens et la relative simplicité de la mise en œuvre puisqu’il privilégie le recyclage de matériaux disponibles sur place : terre – tamisée -, dallettes de schiste, tuiles ; seule l’utilisation de quelques produits spécifiques a été nécessaire, tels que de la chaux teintée pour renforcer des joints et du silicate d’éthyle pour consolider les matériaux de nature siliceuse (piédroits et foyer en briques). De manière plus concrète, les niveaux d’arase des murs ont été recouverts par une bande de géotextile avant d’être rehaussés d’une à deux assises respectant la facture originale. Afin de rendre discrètement visible cette réintégration, une ligne discontinue de fragments de tuiles a été insérée à la jonction des parements originaux et modernes. Ces mesures de conservation, qui ne sont que provisoires, demandent à être poursuivies et achevées lors des prochaines campagnes de terrain (rehaussement des assises, traitement des sols via une protection de géotextile et de graviers, etc.). Elles ne prétendent pas pour autant résoudre les problèmes de fond que posent la protection et la présentation des vestiges et auxquels seuls une structure de couverture et un système de drainage des eaux pluviales pourraient apporter une solution.

Par ailleurs, d’autres tâches ont pu être menées à bien par les étudiantes, comme la consolidation et l’extraction de céramiques ou de restes osseux trouvés in situ, ou encore le nettoyage d’objets métalliques récoltés lors de cette campagne.