Campagne/Campaña 2015

Résultats synthétiques de la campagne 2015 : les fouilles

© Projet Albalat (2015).
© Projet Albalat (2015).

Cette 7ème campagne de fouilles sur le site médiéval d’Albalat s’est tenue entre le 25/08 et le 25/09, avec une équipe composée de plus d’une vingtaine d’étudiants français et espagnols. Deux principaux fronts d’agrandissement ont été menés au nord et au sud de l’aire ouverte, qui couvre désormais une superficie fouillée d’environ 1200 m2.

Plan schématique des structures. État 2015 © Projet Albalat.
Plan schématique des structures. Les zones hachurées correspondent aux interventions 2015 ( © Projet Albalat).

Cette approche extensive de la zone intramuros est en train de mettre au jour une dense trame d’aménagements dont les caractéristiques évoquent un milieu urbanisé (densité des constructions, structuration de la voirie) qui était loin d’être évident pour un établissement de ce type. Les résultats obtenus montrent une nette distinction entre les constructions situées d’une extrémité à l’autre de la fouille : les habitats de plus grandes dimensions (les plus cossus ?) se concentrent dans le secteur méridional (avec certains patios d’une surface supérieure à 40 m2), tandis qu’un regroupement d’ateliers métallurgiques, associés à des espaces pour le moment encore mal définis, se situe non loin de la courtine septentrionale. En effet, la découverte d’une troisième forge, présentant différents moments d’utilisation, donne plus de poids encore à l’activité sidérurgique qui devait être complétée par le travail du cuivre (du moins sous une forme de recyclage). De façon générale, le registre matériel s’est enrichi d’intéressants témoignages sur les activités domestiques (comme la mouture) et sur l’exploitation des ressources naturelles.

(© Projet Albalat, 2015).
Poids de filet de pêche (© Projet Albalat, 2015).

La pêche, jusqu’alors sous-représentée en dépit de la proximité immédiate du fleuve, peut être appréhendée au travers d’un amas de poids de filet de pêche qui s’ajoutent aux restes de poissons et à quelques autres ustensiles halieutiques. D’autres artefacts sont plus surprenants, telle ce qui semble être une pince à manuscrit au vu des exemplaires connus dans le monde latin et des représentations iconographiques médiévales ; elle renvoie à la pratique de l’écriture (d’ailleurs attestée par la forme céramique d’encrier) et, pourquoi pas, à la nécessité d’établir des comptes.

La guerre et, plus exactement le siège que menèrent les troupes d’Alphonse VII après la conquête de Coria en juin 1142, continue à être bien représentée dans le registre archéologique lié aux derniers moments d’occupation, qui remontent à la fin de la période almoravide. La découverte d’un projectile qui a provoqué l’effondrement d’une paroi et d’une toiture rappelle que le recours aux engins de guerre faisait partie de la tactique militaire de l’époque et trouve un écho particulier dans les textes.

Projectile en granite (© Projet Albalat, 2015).
Projectile en granite (© Projet Albalat, 2015).

Par ailleurs, l’analyse du bâti met en évidence les très nombreuses réfections et réformes qui touchent aussi bien les sols dallés que les élévations. Certaines pièces, à l’ouest des forges, sont abandonnées et les espaces adjacents totalement remaniés. Leur prolongement hors de l’emprise des fouilles interdit de développer cet aspect plus en détail. Les sondages exploratoires, menés tout spécialement sous les derniers niveaux de sol de deux patios, ont permis de recueillir des données sur l’évolution chronologique du site.

Études spécialisées : la carpologie.

IMG_5857Parallèlement aux travaux de terrain, la venue de Jérôme Ros a permis de démarrer l’extraction et l’étude des restes carpologiques avec le tamisage ou flottation de 903,7l de sédiments bruts. L’analyse permet d’ores et déjà de reconnaître 20 taxons cultivés/cueillis : 7 céréales, 1 légumineuse, 1 plante technique/textile, 11 fruits, accompagnés d’au moins une vingtaine de taxons sauvages. Le blé nu, l’orge vêtue et le seigle étaient les principales cultures hivernales, certainement situées dans les terroirs environnant le site. Les cultures de printemps reposaient sur le millet commun. Les légumineuses ne sont perçues que par quelques graines de vesce cultivée. Les fruitiers les plus fréquemment enregistrés sont le figuier et le chêne (glands), bien qu’une grande diversité de taxons cultivés/cueillis ait été exploitée (vigne, mûrier blanc/noir, merisier/griottier, pêcher, châtaigner, pommier/poirier, amandier, olivier, grenadier). On note également la présence de lin dans plusieurs contextes, mais nous ne saurions dire à ce jour s’il était exploité pour ses qualités oléagineuses, alimentaires ou textiles. L’exploitation de sols riches, certainement fumés, est également suggérée par la découverte de semences de taxons nitrophiles (ivraie enivrante, nielle des blés, morelle noire).

Consolidation et restauration

Détail de la Maison 1 en cours de restauration (© projet Albalat, 2015)
Détail de la Maison 1 en cours de restauration (© Projet Albalat, 2015)

À l’instar de l’an passé, un petit groupe d’étudiants en restauration de la Escuela Superior de Conservación y Restauración de los Bienes Culturales de Madrid est intervenu dans le cadre d’un stage pratique sur différents vestiges in situ, sous la direction du restaurateur professionnel Xoan Moreno Paredes. La consolidation de la demeure C-1 est désormais quasiment achevée et nécessiterait, pour sa protection définitive et sa valorisation, la mise en place d’une structure de couverture.

[Texte : S. Gilotte & J. Ros, 2015]